Plouf plouf...

Publié le par Café Gaby

Sous l'océan, c'est exactement l'endroit où je me trouve actuellement... Sous l'eau quoi. Totalement submergée. 
Alors, comment dire... Houston, on a un problème!
Comment fait-on pour publier tous les jours quand, à côté, la vie a décidé de ne pas s'arrêter, voire d'enlever des heures à nos journées? Non, mais allô quoi! 
On court, on court, tout le monde court, mais à quel moment peut-on espérer que ça se calme? Et d'ailleurs, veut-on vraiment que ça se calme? Si on s'ajoute des projets, des envies, des priorités, ça doit être que, quelque part, on le veut bien, non? Ou alors, serait-ce seulement du pur masochisme qui nous fait tellement courir que l'on devrait parvenir à perdre tous nos kilos de grossesse en moins d'une semaine à ce rythme!
J'ai toujours couru dans ma vie. Je crois que l'absence d'urgence me fait peur. Le vide de "to do list" m'angoisse. Je me sens mieux dans la panique, dans la multiplication de projets, dans le "je-fais-douze-choses-en-même-temps-bonjour!". 
Je ne sais pas ce que ça veut dire en psychologie de comptoir. Je ne sais pas ce que ça veut dire tout court.
Mais je sais que c'est pour ça que je ne parviens pas à écrire tous les jours sur ce blog et que, tant que mon annonce "Recherche paires de bras multiples efficaces et pas chères" ne sera pas parue, ça ne risque pas de s'arranger...
Alors, pardonnez-moi pour cela mais je vous promets de nouveaux articles tous beaux tout bientôt!
En attendant, je vous laisse avec Henri Salvador/Sébastien et son orchestre!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article