Carrément méchant. Jamais content.

Publié le par Café Gaby

IMG_5700.jpg

 

La colère. Un bien grand mot pour (si souvent!) de si petites choses. On se met tellement facilement en colère de nos jours... Un regard, un mot de travers parce qu'on est fatigué, une machine qui ne veut pas fonctionner du premier coup et on en arrive très vite aux coups, aux machines qui volent, aux cris qui ne servent à rien.

On vit dans la colère et on la trouve désormais presque normale. Pourtant, il serait bon de rappeler qu'il n'en est rien, et que la colère, pour garder son esprit, devrait rester occasionnelle. Ainsi, elle n'en serait que plus impressionnante. Et surtout, elle ne mettrait pas les nerfs à vifs de tant de gens... Vivre avec quelqu'un de colérique, même si ce n'est pas dirigé contre soi, que l'on a rien à se reprocher, reste quelque chose de perturbant. Déjà, parce qu'on ne peut s'empêcher d'absorber l'humeur de l'autre (enifn, en tout cas, pour mon cas...) et que du stress environnant ne naît que la tension. On est nous-mêmes tendus de quelque chose qui atteint l'autre. C'est triste. Et surtout dommage. Tandis que l'on pourrait utiliser l'énergie positive de l'autre pour apaiser notre colère ou se faire aider, on en vient à mettre cette personne elle-même en colère. Et le cercle vicieux tourne au drame.
Il faut beaucoup de maîtrise de soi pour laisser couler la colère comme une vague qui, de toute façon, finira par s'éloigner avec la marée. Ce n'est pas tous les jours facile. Et cette vague, comme le ressac, ne doit pas venir percuter quelqu'un d'autre au risque de créer un raz-de-marée à partir d'une flaque.

La colère est plus souvent inutile que salvatrice. Des mots, prononcés dans le calme, sont souvent plus percutants et plus durs qu'une colère bruyante et cassante. Mais cette dernière est dangeureuse car elle contamine tout sur son passage et ternit même les plus belles joies de vivre...

En cette période de noël, ne voulez-vous pas qu'on laisse s'éloigner doucement toute cette colère qui nous pollue...?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article